J4ai rencontre le diable

Avis sur J'ai rencontré le Diable

J Ai Rencontre Le Diable Critique

La vengeance est un plat qui se mange dans la gueule. Avis sur J'ai rencontré le diable Critique publiée par Petitbarbu le 15 mai Intro and Outro music I Saw the Devilpour lire avec la magnifique bande-son de ce superbe film.

site de rencontre rambouillet

Quand tu commences à hésiter entre mettre un dix ou bien un neuf, le cas est plié, c'est un bon film. Non un grand film.

rencontres avec des hommes remarquables streaming

Et Vlan! Case closed. Vive la Corée. Depuis que je suis "activement" sur Sens Critique, c'est à dire depuis janvier de cette année, je n'ai regardé que deux films coréens, deux thrillers époustouflants : L'excellent Memories Of Murder de Bong Joon-ho et Old Boy de Park Chan-wook, film de vengeance des plus glorieux.

Menu de navigation

Subjugué par la puissance, j4ai rencontre le diable racée et si particulière de ces deux films, j'ai commencé à regretter ma méconnaissance du cinéma asiatique et de ses thrillers à l'heure où les trois quart de la production des pays occidentaux en la matière me laisse un goût fadasse dans la bouche.

Quoique en j4ai rencontre le diable de films de vengeance, les meilleurs vus récemment hors cinéma coréen étant Big Bad Wolves et American Mary, je dois dire que j'ai plutôt des bons standards.

j4ai rencontre le diable

En tout cas, je les aime bien mes standards à moi. C'est pas le tout, il va falloir que je me mette j4ai rencontre le diable parler du film un de ces quatre. Autre point qui attire immédiatement l'attention, la présence sur l'affiche de Choi Min-sik, l'acteur incontournable des succès Park Chan-wook dont le talent crève l'écran et celle de Lee Byung-hun, tenant du rôle titre dans A Bittersweet Life.

site de rencontre dun soir forum

La gageure ici était de réaliser un mélange audacieux entre thriller haletant et revenge-movie viscéral. J'ai rencontré le diable tient son pari, et bien plus encore Soo-Hyun, agent des services secrets coréen, est un type bien dans sa tête, pas du genre à avoir la vengeance dans la j4ai rencontre le diable. Mais lorsque sa jolie fiancée se trouve assassinée et découpée en petit morceaux dispersés le long d'une rivière, les choses changent légèrement pour lui.

j4ai rencontre le diable

J4ai rencontre le diable se jette alors à j4ai rencontre le diable perdu dans une vendetta machiavélique, promettant des souffrances sans nom au tueur de sa belle. S'ouvrant sur ce meurtre terrible, J'ai rencontré le diable étale directement aux yeux du spectateur sa qualité première, une esthétique diaboliquement efficace.

STORYTIME: J'ai failli vendre mon âme au diable⎮Maggy Kloset

J'avoue sans complexe avoir retenu mon souffle devant le large plan de la voiture sous la neige, étouffée par les mille flocons illuminés par la lumière jaunâtre du lampadaire.

Cette première scène est d'une virtuosité rare, j4ai rencontre le diable tandis que Kyung-Chul tire le corps de sa pauvre victime dans la neige la caméra opère, vue de dessus, un travelling suivant la j4ai rencontre le diable sanglante.

Synopsis et détails

Rouge, blanc et autour de cette j4ai rencontre le diable l'obscurité Je pense que c'est maintenant un aspect irrémédiablement attachée aux productions coréenne pour moi, mais je me dois de le souligner, ce film est une perle d'esthétisme, une perle j4ai rencontre le diable.

Couleurs tantôt chaudes et profondes en intérieur, opacité brumeuse et froide en extérieur, Kim Jee-woon est impressionnant dans la maîtrise de sa photographie. La mise en scène fait la part belle à des déchaînement de violence d'une rare intensité, lorsque Soo-Hyun retrouve Kyung-Chul pour lui maraver la tronche avec tout ce qui lui tombe sous la main, du scalpel au poing, de la pierre à la batte.

Violence extrême du héros contrastant avec les ellipses qui nous épargne beaucoup des meurtres du tueur, soulignant toute l'horreur du monstre qui se j4ai rencontre le diable chez Soo-Hyun, plus terrible que le diable qui avance à visage j4ai rencontre le diable.

Violence sublimée lors de scènes de combats joliment chorégraphiées, permise par la maîtrise martiale de Lee Byung-Hun.

Avis sur J'ai rencontré le Diable

La découpe des jeunes femmes nous est souvent épargnée, reste certains éclats de sauvagerie Kyung-Chul, dont la beauté n'a j4ai rencontre le diable que la gratuité. Je ne peux que souligner la fulgurance de j4ai rencontre le diable scène du taxi qui marque avec brio la nature sauvage du tueur, moment éphémère et ô combien savoureux.

On est ici en présence d'un thriller quasi horrifique, particulièrement sombre et tendu, dans lequel un agent secret rancunier le très charismatique Lee Byung-Hun se lance dans la traque de l'assassin de sa fiancée, un terrible serial killer incarné par un Choi Min-Sik plus détestable que jamais. J4ai rencontre le diable film apparaît donc à première vue comme une assez banale histoire de vengeance de plus, venant se ranger aux côtés de Old Boy et des autres films de Park Chan-Wook ; une histoire que l'on suit néanmoins avec un certain plaisir grâce au talent et au savoir-faire évident de Kim Jee-Woon pour mener avec efficacité son récit. Mais à partir du moment où le héros met en place un jeu du chat et de la souris particulièrement macabre entre lui j4ai rencontre le diable le tueur, le scénario prend une tournure aussi déconcertante que malsaine. Le film parvient alors à dépasser les limites du genre si balisé que le cinéaste revisite et auquel il s'attaque sans détour. Kim Jee-Woon semble nous inviter à réfléchir sur l'absurdité de ces films.

Si certaines facilités dans l'écriture pourraient et sont -oui, j'ai lu quelques avis ici et là- reprochées, force est de reconnaître que Kim Jee-woon pousse à son paroxysme le revenge-movie en introduisant plusieurs éléments originaux. Par ici, je vais être obligé de dévoiler un petit peu d'intrigue, ça ne dure pas longtemps, mais bon, si tu veux pas te gâcher le film arrête de lire et va un peu plus bas. Après, si tu t'en cogne fais-toi plaiz', mais je t'aurais prévenu.

j4ai rencontre le diable

Ici, celui qui se venge est quasi-invincible. Un James Bond débridé. Un être rayonnant, supposément inattaquable, qui protège la nation et ses proches, et qu'un drame affreux touche au plus près.

J’ai rencontré le Diable

Quel égalité peut-on espérer alors entre ce surhomme et le tueur traqué, impitoyablement tabassé j4ai rencontre le diable relâché, tabassé et relâché, tabassé et relâché. Aucune, en fait. L'agent omnipotent, capable de tomber sur le râble du tueur à n'importe quel moment merci la géolocalisation planqué dans l'estomac du tueur ne laisse aucun répit à sa proie.

Trop sur de sa maîtrise, il se laisse alors j4ai rencontre le diable, comme le spectateur, dans les dernières trente minutes, ayant bien trop sous-estimé son opposant. L'intensité dramatique se fait oppressante, climax palpitant, la fin est rythmée par une bande-son à l'image du film, parfaite. Oui, dans ce film, la vengeance est longue, dure, impitoyable.

Prisoners, Inception, Shutter Island Une décennie placée sous la signe du frisson. Découvrez les meilleurs trhillers de

Oui on se la mange en plein dans la gueule, et parfois elle n'apporte rien si ce n'est plus de douleur et de peine. Mais, il faut souligner quelques incohérences qu'on peine à s'expliquer : comment diable le tueur a le numéro de portable du commissaire -commissaire affreusement mal interprété j4ai rencontre le diable ailleurs.

Peut-on ne peut en tenir rigueur à ce film?

Synopsis[ modifier modifier le code ] Soo-hyun, jeune agent des services secrets sud-coréen, se lance à la poursuite du tueur en série qui a tué sa fiancée alors enceinte, avec en tête un plan de vengeance aussi diabolique que l'est le criminel avec ses j4ai rencontre le diable. Il récupère la liste des quatre principaux suspects de la police. Il torture les deux premiers pour s'assurer qu'ils ne sont pas responsables. Lorsqu'il s'introduit chez le troisième suspect, Kyung-chul, il découvre la bague de sa fiancée.

Non, ça serait faire preuve d'une mauvaise foi qui n'a pas sa place dans cette critique. Pas de ça chez moi, non! J'ai rencontré le diable est un film d'une rare intensité, à la violence à fleur de peau, toujours tendu même dans ses phases d'attentes.

  1. J'ai rencontré le Diable - Il était une fois le cinéma
  2. Critique du film J'ai rencontré le Diable - AlloCiné
  3. Avis sur le film J'ai rencontré le diable () par Petitbarbu - SensCritique

La maîtrise du rythme n'a d'égale que le talent des deux rôles titres, entre un Choi Min-sik à la folie destructrice, empli de désir et de colère, rencontre 29 gratuite éclipserai tout à l'écran j4ai rencontre le diable n'y avait Lee Byung-hun, au calme froid qui dissimule, tant bien que mal, la douleur et la tristesse qui lui échappe rarement, au détour d'une larme qui coule sur le masque de cire qu'est son j4ai rencontre le diable.

Amateur de thriller, de vengeances, d'esthétisme, de coréens, de tueurs, de sang, de bons films, de j4ai rencontre le diable rencontre le diable, de bus scolaire, de serres, d'infirmières, d'écolières, de psychopathes, de rires machiavéliques A l'image des victimes du tueur, j4ai rencontre le diable vas prendre un bon coup sur la tronche.

Plus sur le sujet